Les conditions de règlement

Une mise à jour importante.

Bonjour,

Cette semaine, nous avons mis à jour une fonction importante du logiciel, les conditions de règlement.

Ces conditions, jusque là imputables uniquement aux clients, sont désormais applicables au chantier, au devis et à la facture.

Concrètement, les conditions de règlement que vous appliquez au client sont automatiquement appliquées à sa descendance, c’est à dire à ses chantier, ses devis et ses factures.
Mais vous pouvez maintenant les modifier à chaque niveau.

Grâce à cette évolution, ProGBat vous alertera des échéances dépassées, et vous proposera également l’édition d’un courrier de relance automatique.
Un bonne gestion de ses encaissements est la meilleure manière de lutter contre les impayés et les problèmes de trésorerie.

 

Les retenues de garantie.

La retenue de garantie est une disposition légale du code des marchés publics, qui permet au Maître d’Ouvrage (le client) de « retenir » un % du montant à régler de vos situations et factures de travaux tout au long du chantier.
Ce pourcentage ne peut dépasser 5%, et la durée de la retenue est fixée à 1 an jour pour jour à partir de la date de réception des travaux, c’est à dire l’année dite de « parfait achèvement ».

Cette somme est réputée TTC, et vient en diminution du montant à régler et non de la facture : c’est une retenue financière, pas une diminution du montant des travaux.

Pour éviter que ces sommes ne viennent tarir la trésorerie de l’entreprise, la retenue de garantie peut être apportée en caution bancaire, la banque garantissant (contre rémunération) le montant de cette retenue pendant l’année de parfait achèvement.

ProGBat gère les retenues de garantie hors caution bancaire. Le logiciel garde en mémoire les sommes retenues pour chaque chantier, et vous alertera, le jour venu, pour  en réclamer le remboursement, avec une édition automatique d’un courrier à l’attention du maître d’ouvrage.
Plus d’oubli, plus de retard, votre trésorerie vous remerciera.

 

Merci !

Les évolutions et les corrections quotidiennes du logiciel, c’est aussi grâce à vos retours d’information et vos suggestions.

Pour un logiciel toujours plus près de vos besoins, continuez !

 

je vous souhaite une bonne journée.

Cordialement
Thierry LECOCQ

Auto-Entrepreneurs, les nouvelles du front.

Mercredi 12 Juin, conseil des ministres.

C’est fait, le projet de loi sur la révision du statut des auto-entrepreneurs a été présenté en conseil des ministres.

La bonne nouvelle, c’est que le premier ministre, qui quelques jours plus tôt n’avait pas du tout l’air d’être au courant du contenu de cette réforme, en sait maintenant un peu plus !
Je vous rappelle qu’il avait fièrement annoncé à la télévision que les auto-entrepreneurs devaient être rassurés, seul le bâtiment subirait quelques aménagements.

 

La fin annoncée de la mort du régime.

Contrairement donc à ce qu’avait annoncé le premier ministre, ce sont bien TOUS les auto-entrepreneurs qui sont concernés par ce bouleversement, qui va entraîner la fermeture certaine d’une bonne moitié de ces petites entreprises.

En deux mots (de toute façon nous n’en avons guère plus), la réforme consiste à limiter à 2 ans de dépassement d’un seuil de chiffre d’affaire ramené à 19000 €, l’autorisation d’exercer sous le régime d’auto-entrepreneur. Au delà de ces 2 ans et de ce chiffre d’affaire annuel, l’entrepreneur se verra contraint de basculer sous le statut de l’entreprise « normale ».

Sans entrer dans des calculs complexes et de grandes stratégies comptables, il est simple de comprendre que 19000€ / an, avec 26% de charges sociales, sans comptabilité à tenir, ça fait un petit revenu de 1150€/mois. C’est peu, mais c’est mieux que Pôle emploi, non ?
A partir de 19001 €, ce sera l’entreprise individuelle, avec les cotisations prévisionnelles de RSI, un taux de cotisation de l’ordre de 45%, un comptable, une gestion de trésorerie pour la TVA et les charges sociales, etc… Nous voilà en dessous du SMIC, c’est à dire sous le salaire minimum !
Je vous laisse faire les comptes, et vous demander si tout ça est bien raisonnable.

 

Une mesure justifiée ?

C’est vrai, le statut d’auto-entrepreneur peut parfois jouer dans la cour de la concurrence déloyale, notamment dans le bâtiment, permettant à ces micro entreprises de proposer des services à des prix un peu trop bas.
Mais la limite de cette concurrence est vite atteinte : l’auto-entrepreneur est taxé sur son chiffre d’affaire, pas sur sa marge. Contrairement à une entreprise « classique » qui déduit ses charges et ses achats de marchandise de sa base imposable et taxable, l’auto-entrepreneur qui achète de la marchandise pour son chantier ne pourra non seulement pas déduire le montant de ses achats, mais sera même taxé sur la valeur de ces marchandises facturées au client.

Alors plutôt que de montrer du doigt ces « salauds » d’auto-entrepreneurs qui volent le travail des honnêtes artisans, aidons-les plutôt à faire prospérer leur entreprise pour devenir un jour un véritable entrepreneur de droit commun.
Aidons-les pour que le changement de statut devienne un besoin et une réalité économique plutôt que sous la contrainte d’un seuil de chiffre d’affaire sans fondement.

 

Que vont-ils devenir ?

  1. Pour quelques uns, qui utilisent le statut d’auto-entrepreneur comme un tremplin vers l’entreprise,  pas besoin de loi, la migration se fera d’elle même, comme je l’ai expliqué plus haut, pour d’évidentes données économiques et comptables.
  2. Pour tous ceux qui en vivent tout juste, mais pour qui la fierté de gagner leur vie par leur propre travail vaut le sacrifice de ces faibles revenus, c’est bientôt le retour vers Pôle emploi (non indemnisé), et les minimas sociaux.
    Quel gachis ! et quel coût supplémentaire pour la collectivité !
  3. Enfin, pour les autres, les temps partiel, les temps choisi, ceux pour qui le complément de revenu généré est un soutien essentiel au budget familial, et qui le plus souvent accompagnent les personnes agées dans leur quotidien, vous coiffent à domicile, vous soulagent de douleurs physiques ou morales par des techniques rejetées par la médecine traditionnelle et pourtant extraordinairement efficaces, réalisent vos sites internet à petit budget, vous forment à l’informatique, ou encore répare votre voiture en bas de chez vous….
    Pour tous ceux là, mystère, vont-ils pouvoir continuer, devront-ils s’arrêter, le gouvernement leur imposera-t-il un chiffre d’affaire minimal, sont-ils juste les « oubliés » de nos élus ?

Je vous donne rendez-vous au prochain épisode du cafouillage gouvernemental sur le sujet, qui soi dit en passant, a bien choisi la période d’été pour mettre en place son projet de loi et nous le servir tout chaud à la rentrée de Septembre !

Mesdames, Messieurs, encore une fois, bien joué !

Thierry LECOCQ

Lancement Officiel

ProGBat est entré dans sa phase commerciale.

Depuis le 03/06/2013, le logiciel est entré dans sa phase commerciale.

Je profite de cet instant pour remercier tous nos testeurs des premiers jours de ProGBat, qui en échange de la gratuité, ont eu parfois à subir quelques coupures de service, des messages d’erreur inattendus, et quelques autres bugs mineurs.
Merci à eux pour leurs retours d’information, leur demandes et leurs suggestions. Toutes ont été étudiées, beaucoup ont été réalisées, d’autres sont en développement.

 

Avec ProGBat, vous n’êtes pas seul.

ProGBat, c’est bien sur Le logiciel de devis, facturation et gestion de chantier dans le « cloud ».
ProGBat, c’est aussi une équipe passionnée de professionnels du bâtiment et de l’informatique, dont la motivation principale est de vous fournir l’outil et les services dont vous avez besoin au quotidien pour vous faire gagner du temps, de la précision, et donc de l’argent.
Alors dès ce mois-ci, chacun d’entre vous aura son « Référant« , une personne de l’équipe, toujours la même, maîtrisant le logiciel et vos besoins, et capable de vous informer, vous renseigner, vous aider dans l’utilisation de ProGBat.

Votre Référant sera joignable par mail, par ticket support, et à votre demande par téléphone pour vous accompagner dans votre travail sur votre logiciel de gestion. Et parce que chez nous la relation humaine est une vraie valeur, votre référant risque même de vous appeler « pour rien », juste pour le plaisir de vous saluer (à condition bien sur que vous nous ayez donné votre accord et vos coordonnées téléphoniques).

Plus qu’un classique service de « hot-line », votre Référant établira avec vous une réelle relation de travail et de confiance, pour un véritable accompagnement professionnel autour du logiciel ProGBat et de ses services.

Vous serez avisé de ce service gratuit dans quelques jours, sur le mail que votre Référant vous transmettra.

 

Et au programme des évolutions ?

Riches, très riches depuis ces derniers quinze jours :

  1. Un module financier, qui vous permet de saisir vos opérations bancaires, et surtout de les lier à vos factures client et fournisseur.
    Créez votre ou vos comptes dans le menu Administratif/Entreprise, et saisissez vos opérations dans le menu Exploitation/Opérations bancaires, ou directement à partir d’une facture client ou fournisseur.
  2. Un menu Administratif/Préférences. Vous pouviez déjà :
    • Choisir la taille des caractères,
    • Choisir votre thème pour personnaliser l’apparence de votre logiciel à votre goût,
    • Vous pouvez aujourd’hui personnaliser vos documents d’édition, Bons de commande, Devis et Factures, en choisissant l’emplacement et la taille de votre logo, la couleur des textes, etc….
  3. Les statistiques chantier sont disponibles dans l’onglet Analyse du formulaire chantier, pour voir en un clic le montant de vos achats, vos dépenses de main d’oeuvre, par rapport à la facturation du chantier.
  4. Consultez également sur la même page le détail des achats et de la main d’oeuvre imputés au chantier.

Dans quelques jours, c’est une vue globale de votre activité qui apparaîtra sur la page d’accueil, pour une gestion sereine et performante de votre activité au premier coup d’oeil.

Des remarques, suggestions, commentaires, continuez à nous solliciter !

Cordialement,

Thierry LECOCQ

Auto-entrepreneurs – La Saga continue

Rappelez-vous, il y a une petite semaine, l’annonce de Sylvia Pinel, Ministre de l’Artisanat : Le statut d’auto-entrepreneur va être encadré, avec notamment l’instauration d’une durée d’exercice maximale de 2 ans pour les activités à temps plein en toile de fond.

Sentant monter la colère des auto-entrepreneurs qui ont immédiatement réagi à ces annonces, le premier ministre Jean-Marc Ayrault s’est empressé de faire une apparition télévisée pour « rassurer » (c’est le mot employé) les auto-entrepreneurs.
En substance, il a annoncé, sans ambiguïté possible, que seul le bâtiment serait concerné par cette loi.
Un soulagement pour beaucoup, et des négociations à engager pour les autres…

Mais voilà que notre jeune ministre de l’Artisanat, sans doute aux ambitions un peu exacerbées, a aussitôt rebondi en répondant indirectement à son chef de gouvernement ce weed-end que non, les limitations prévues concerneraient bien d’autres secteurs que celui du bâtiment, et que le premier ministre n’avait cité que ce dernier, étant le plus représentatif !

Permettez-moi de me demander ce que ces gens là, qui se réunissent une fois par semaine en conseil des ministres, peuvent bien y faire, s’ils ne sont pas capables de se mettre d’accord sur une stratégie commune !
Je ne ferai aucune démagogie gauche/droite, à mon sens totalement dépassée, mais je dis que nous sommes aujourd’hui gouvernés par une sacrée bande d’incompétents, avec à leur tête 2 personnages dont la sympathie et la gentillesse dont ils ont l’air de faire preuve n’ont d’égal que leur absence totale de charisme, de courage, et de tout ce que l’on peut attendre d’un dirigeant, qu’il soit d’une TPE ou d’un Pays comme la France.

Bonne journée à tous,

Thierry LECOCQ

Auto-entrepreneurs : Jean-Marc Ayrault remet les pendules à l’heure.

Les dérapages gouvernementaux se suivent et ne se ressemblent pas.

Aujourd’hui, c’est au tour de Sylvia Pinel d’être en partie désavouée par son premier ministre, par une petite mise au point entendue ce matin sur BFM TV.

La limitation du statut des auto-entrepreneurs ne concernera que le bâtiment, a-t-il assuré devant les caméras, s’employant à « rassurer » les bénéficiaires de ce statut.

Il n’a pas fallu plus d’une semaine de montée au créneau des auto-entrepreneurs et de leurs représentants associatifs pour faire reculer le gouvernement ! Faut-il une preuve supplémentaire que ce statut est une véritable chance pour des millions de Français, qui ont pu transformer le travail au noir par du travail légal, pour le bien de la communauté, et de leurs fins de mois ?

Seule ombre encore au tableau, le bâtiment reste directement touché par les prochaines mesures, encore mal définies, mais dont le fond reste la limitation à 2 ans d’utilisation du statut d’auto-entrepreneur. Et après ?

Soyons tout à fait honnêtes, un « encadrement » de ce statut pour le bâtiment est indispensable :

  • J’ai rencontré tant et plus de ces jeunes entrepreneurs persuadés que leur statut les dispensait d’une assurance en responsabilité civile professionnelle, et je n’ose même pas évoquer les assurances décennales !
  • Pour beaucoup, l »Entreprise » est une notion nouvelle, pour laquelle ils n’ont reçu aucune formation ni même information, ne serait que sur les bases de la comptabilité (certes inexistante pour ce statut), de la gestion, de la fiscalité, juridiques, voire même sur l’établissement d’une facture « conforme ».

Alors imposer aux auto-entrepreneurs de posséder une assurance professionnelle, de suivre comme leur collègues « entrepreneurs de droit commun » un stage de gestion à la chambre des métiers, OUI, mais de grâce, Mesdames et Messieurs du gouvernement, LAISSEZ LES GENS TRAVAILLER ET GAGNER HONNÊTEMENT LEUR VIE  !!!

Bon week-end.

Thierry LECOCQ