Le bâtiment libéré des logiciels anti-fraude à la TVA

Pour​ ​lutter​ ​contre​ ​la​ ​fraude​ ​à​ ​la​ ​TVA​ ​liée​ ​à​ ​l’utilisation​ ​de​ ​logiciels​ ​permettant​ ​la​ ​dissimulation​ ​de​ ​recettes, l’article​ ​88​ ​de​ ​la​ ​loi​ ​de​ ​finances​ ​2016​ ​obligeait​ ​jusqu’alors tous​ ​les​ ​professionnels​ ​assujettis​ ​à​ ​la​ ​TVA​ , y​ ​compris​ ​les micro-entrepreneurs,​ ​à​ ​utiliser​ ​dès le ​1er​ ​Janvier​ ​2018​ ​un​ ​logiciel​ ​de​ ​facturation​ certifié et répondant à un certain nombre d’exigences techniques et fonctionnelles.

Grâce à l’allègement de cette loi, les entrepreneurs du bâtiment vont pouvoir prendre le temps de tester et choisir une solution informatique qui leur convient. Le logiciel en ligne ProGBat rappelle alors toutes ses qualités.

Quand la loi revient sur ses pas, et facilite la vie des entrepreneurs

Devis, factures, bons de commande, gestion des chantiers… Toutes ces tâches requièrent énormément de temps et de savoir-faire aux entrepreneurs du monde du bâtiment. Parce que ces domaines gérés majoritairement par voie informatique sont aussi parfois entachés par la dissimulation de recettes et donc de fraude à la TVA, le gouvernement français avait mis un place une nouvelle loi de finances. L’article 88 de cette loi imposait des logiciels de gestion ​certifiés, garantissant ​des conditions​ ​d’inaltérabilité,​ ​de​ ​sécurisation,​ ​de​ ​conservation​ ​et​ ​d’archivage​ ​des​ ​données, tout cela​ ​pour faciliter les contrôles​ ​de l’administration​ ​fiscale.

Pourtant, le​ ​15​ ​Juin​ ​2017,​ ​par​ ​la​ ​voie​ ​du​ ​ministère​ ​de​ ​l’économie,​ ​le​ ​gouvernement​ a ​décidé​ ​de​ ​restreindre​ ​le​ ​champ d’application​ ​de​ ​la​ ​loi​ ​aux​ ​seuls​ ​logiciels​ ​de​ ​caisse,​ et d’exclure​ ​notamment​ ​les​ ​logiciels​ ​de​ ​devis, de​ ​facturation​ ​et de gestion​ ​de​ ​chantier​ ​tels​ ​que​ ​ProGBat.

Voir le communiqué de presse du Ministère

ProGBat répond déjà​ ​à​ ​la​ ​quasi-totalité​ ​des​ ​exigences​ ​de​ ​la​ ​loi,​ ​bien​ ​que​ ​celle-ci​ ​ne​ ​s’applique​ ​plus. L’allègement nous a permis de lever quelques contraintes et verrous imposés par la loi, pour plus de liberté et de souplesse dans l’utilisation quotidienne du logiciel.

Cet​ ​allègement​ ​va​ ​permettre​ ​aux​ ​entrepreneurs​ ​du​ ​bâtiment, ​et​ ​notamment​ ​aux​ ​plus​ ​petits​ ​d’entre​-​eux,​ ​de prendre​ ​leur​ ​temps​ ​pour​ ​s’équiper​ ​d’un​ ​logiciel​ ​informatique​ ​performant​ ​et​ ​répondant​ ​exactement​ ​à​ ​leurs besoins,​ ​quitte​ ​à​ ​continuer​ ​encore​ ​quelques​ ​mois​ ​à​ ​utiliser​ ​Excel​ ​en​ ​toute​ ​légalité,​ ​et​ ​faire​ ​le​ ​bon​ ​choix​ ​de​ ​la transition​ ​informatique​ ​de​ ​leur​ ​entreprise.

Thierry LECOCQ – Chef de projet

Obligations de l’employeur en matière d’EPI

Un équipement de protection individuelle (EPI) est un ensemble de dispositifs permettant de protéger une personne contre les risques inhérents à son activité professionnelle. Les conditions d’utilisation, les principes de certification et les modes d’organisation des EPI sont strictement réglementés. Dans ce cadre, les employeurs ont certaines obligations imposées par la loi et le non-respect de ces obligations peut entraîner des sanctions ou des condamnations.

Lire la suite

Exonération de charges sociales ACCRE – Mensonge ou réalité ?

Vous connaissez sans doute le dispositif ACCRE, Aide à la Création et à la Reprise d’Entreprise (pour le ‘C’ en trop, vos informations sont les bienvenues), qui consiste en l’exonération des charges sociale sur la partie de vos revenus n’excédant pas 120% du SMIC (hors RDS et CSG) pendant votre première année d’activité.

Si cette aide est un véritable souffle pour votre trésorerie de départ, elle cache cependant un joli mensonge, dont personne ne parle dans les différentes réunions d’informations ou stages de préparation.

Lire la suite

Compte bancaire obligatoire pour les auto-entrepreneurs

Selon l’ Article 94, loi n°2014-1554 du 22 décembre 2014, les auto-entrepreneurs seront dans l’obligation de dédier un compte bancaire à l’ensemble des transactions financières liées à leur activité professionnelle.

Cette nouvelle mesure tend à rapprocher les auto-entrepreneurs d’un véritable statut d’entreprise, et à diminuer petit à petit le grand écart de compétitivité tant décrié par le secteur du bâtiment, entre un auto-entrepreneur et un entrepreneur « normal ».

Lire la suite